Rendez-Vous Chic

VARIOUS ARTISTS — 1966-1973

Dans le monde d’avant, Jean Yanne chantait, « rouvrez les maisons ! », Il faut dire que la France s’enorgueillait de ses hauts lieux de la perdition que furent le One two two ou le Chabanais. Les sonorités de ce florilège sexy, easy, funky sous fulgurances d’orgues groovy, rappellent les sixties et les seventies et cette période de « Paradis Perdus » ou plutôt l’image que l’on s’en fait. La revisitation post post moderne nous permet de recréer des zones de jeu à notre guise, ne gardant du passé que les bons moments en oubliant le reste. C’est l’un des objectifs de cet épatant 33 tours pop pour accompagner nos libations nocturnes, avec une mention spéciale pour le Jerk d’André Hossein père du célèbre Robert, mais le génial florilège qui vous est ici offert ne s’arrête pas à ce titre. On y découvre en autre qu’Albert Raisner n’était pas que le boy scout à l’harmonica du temps des copains mais savait mettre le feu à la piste de danse quand il le voulait. Quelle Joie de retrouver David Whitaker, sujet de sa majesté francophile, à qui l’on doit de magnifiques arrangements pour France Gall. Lui qui fut samplé par The Verve (Bittersweet Symphony), puis redécouvert par Bertrand Burgalat.

On se sent tel Marty dans sa Dolorean de « Retour vers le Futur » à l’écoute de groupes cultes tels que les Bourgeois de Calais et leur « Talking about my girl », digne représentant du courant français anglophile qui nous donna également le film « Ne nous fâchons pas » et ses mods explosifs. Alors qu’à l’époque les french mods du Drugstore auraient rejeté ce Carnaby sur Seine, aujourd’hui c’est justement cette vision anglophile via le prisme français que les amateurs adorent. D’aucuns diront que « c’était mieux avant », que nenni… Le recul du temps, les routes de l’information et le progrès technologique nous permettent de ne garder que la substantifique moëlle d’un monde enchanté et réinventé. Ici tout n’est que groove, Farfisa, Hammond, Leslie, cuivres pétaradants, et guitares fuzz endiablées. Luxe, frénésie et voluptée. Si par malheur votre humeur est maussade et l’isolation induite par le télétravail vous pèse : N’attendez plus ! Faites de vos appartements le lieu le plus Hip de votre région. Et si vos voisins appellent la maréchaussée, pas de panique. Le groove exhalé sur ces plages sensuellement offertes emportera tout ! Même les esprits chagrins !

Rendez Vous Chic Vol. 1 LP – Various artists (1966-1973)
(Champagne Party au Chabanais)
PCR061 — Sortie Vinyle début 2023

Compilé et dirigé par Alain « Number 9 » Chapot et Alexis Kacimi
Texte : Jean-Emmanuel Deluxe
Artwork : Pooley au Woom Studio

Side A
1. David Whitaker – Sweet love (1967)
2. André Hossein – Jerk 2:15 (1970)
3. Albert Raisner – Poppin Mad (1969)
4. Clubman/Libre esprit moteur – Clubman Round Up (1970-1971)
5. Niebiesko-Czarni – Nocny Alarm (1967)
6. Al Kooper – Soul Hoedown (1971)

Side B
1. Jean Wiener – Féminin Féminin (1973)
2. The J.J. Band – Nicky’s at the P.C. (1968)
3. Les Bourgeois de Calais – Talking About My Girl (1966)
4. Sweeney Todd – Funky Meat Pies 2:40 (1973)
5. The Manzanilla Sound – Without Reason or Ryhme (1971)
6. Mario Nascimbene – Hot Buns (1973)

FR
Dans le monde d’avant, Jean Yanne chantait, « rouvrez les maisons ! », Il faut dire que la France s’enorgueillait de ses hauts lieux de la perdition que furent le One two two ou le Chabanais. Les sonorités de ce florilège sexy, easy, funky sous fulgurances d’orgues groovy, rappellent les sixties et les seventies et cette période de « Paradis Perdus » ou plutôt l’image que l’on s’en fait. La revisitation post post moderne nous permet de recréer des zones de jeu à notre guise, ne gardant du passé que les bons moments en oubliant le reste. C’est l’un des objectifs de cet épatant 33 tours pop pour accompagner nos libations nocturnes, avec une mention spéciale pour le Jerk d’André Hossein père du célèbre Robert, mais le génial florilège qui vous est ici offert ne s’arrête pas à ce titre. On y découvre en autre qu’Albert Raisner n’était pas que le boy scout à l’harmonica du temps des copains mais savait mettre le feu à la piste de danse quand il le voulait. Quelle Joie de retrouver David Whitaker, sujet de sa majesté francophile, à qui l’on doit de magnifiques arrangements pour France Gall. Lui qui fut samplé par The Verve (Bittersweet Symphony), puis redécouvert par Bertrand Burgalat.

On se sent tel Marty dans sa Dolorean de « Retour vers le Futur » à l’écoute de groupes cultes tels que les Bourgeois de Calais et leur « Talking about my girl », digne représentant du courant français anglophile qui nous donna également le film « Ne nous fâchons pas » et ses mods explosifs. Alors qu’à l’époque les french mods du Drugstore auraient rejeté ce Carnaby sur Seine, aujourd’hui c’est justement cette vision anglophile via le prisme français que les amateurs adorent. D’aucuns diront que « c’était mieux avant », que nenni… Le recul du temps, les routes de l’information et le progrès technologique nous permettent de ne garder que la substantifique moëlle d’un monde enchanté et réinventé. Ici tout n’est que groove, Farfisa, Hammond, Leslie, cuivres pétaradants, et guitares fuzz endiablées. Luxe, frénésie et voluptée. Si par malheur votre humeur est maussade et l’isolation induite par le télétravail vous pèse : N’attendez plus ! Faites de vos appartements le lieu le plus Hip de votre région. Et si vos voisins appellent la maréchaussée, pas de panique. Le groove exhalé sur ces plages sensuellement offertes emportera tout ! Même les esprits chagrins !

Compilé et dirigé par Alain « Number 9 » Chapot et Alexis Kacimi
Texte : Jean-Emmanuel Deluxe
Artwork : Pooley au Woom Studio

Comment pouvons-nous
vous aider ?

Comment pouvons-nous vous aider ?