Nick
 Wheeldon

Au terme d’une année privée de concerts, le rock ‘n’roll n’a peut-être jamais paru aussi moribond qu’aujourd’hui. Alors que la vie reprend doucement son cours, nos musiciens préférés reprennent eux aussi du service. C’est le cas de

NICK WHEELDON, originaire de Sheffield, qui ne cesse de marquer notre scène nationale de son empreinte britonne. Alors qu’il a déjà publié près de 20 disques en 5 ans, œuvrant au sein de groupes toujours plus nombreux (The Jesus Loves Heroin Band, Os Noctàmbulos, 39th & the Nortons, Nick & Alizon, Sex Sux, etc.) et parfaisant chanson après chanson un alliage délicat entre la majesté d’un Gene Clark et la sensibilité pure et fragile d’un Alex Chilton, notre Anglais national a cette fois choisi de produire son premier album en son nom propre, « Communication Problems ». ​

Quiconque a déjà rencontré Wheeldon sait toutefois combien il aime s’entourer et partager avec sa compagnie les moments musicaux – à tel point que s’il dit ne pas aimer le terme de « scène » musicale (plus exclusif qu’inclusif selon lui), il en vient à former autour de lui une petite galaxie regroupant bon nombre de musiciens attachants et fiables. C’est ainsi que pour son premier album solo, Wheeldon a décidé d’aller enregistrer ses morceaux dans les chambres de ses amis, décrivant le processus de création comme celui d’une « peinture à plusieurs, créée dans le moment, où chaque morceau était enregistré au moment où il était écrit ». Mixé plus tard par Paul Trigoulet (membre éminent des Bootchy Temples) qui donne sa cohérence sonore à l’ensemble, le disque qui résulte de ces rencontres s’avère un parfait autoportrait de l’artiste, qui laisse éclater sa sensibilité à fleur de peau, sa chaleur humaine et l’amour qu’il porte à ses compagnons de vie et de musique.

Plus encore que sur ses autres disques, qui brillent tous par leur ouverture vers l’auditeur (avec leurs mélodies chatoyantes qui dévoilent une profondeur de sentiment rare et intarissable), Communication Problems et son folk de chambre donnent le sentiment d’entrer dans l’intimité du musicien. Un self portrait, donc, que la pochette de Marie Meilhan-Bordes vient par ailleurs illustrer en faisant allusion à l’un des albums de Bob Dylan. De la même façon qu’il aime s’entourer de musiciens venus de toute la France, Nick Wheeldon fait confiance à tout ce que le pays connaît de labels indépendants pour sortir ses disques. Cette fois-ci, il s’est adressé aux labels Le Pop Club Records et Mauvaise Foi Records, qui ont tous deux déjà collaboré avec lui : Le Pop Club Records a sorti l’an dernier le premier album de Dômo Kômo, et Mauvaise Foi Records a publié en 2019 le premier album des Necessary Separations. C’est avec un grand bonheur que nous renouvelons notre collaboration avec celui que nous considérons comme l’un des musiciens français, tout Anglais fût-il, les plus importants de notre temps.

Nick Wheeldon - Nouvel album "Communication Problems"

Sortie le 5 novembre 2021 en vinyle
Le Pop Club Records/ Mauvaise Foi Records

Discographie

Comment pouvons-nous
vous aider ?

Comment pouvons-nous vous aider ?